Voici Alexandra, officiante de cérémonies laïques dans le Rhône et ses régions avoisinantes, qui nous présente son parcours, sa vision du métier d’officiant de cérémonie laïque, et distille quelques conseils aux futurs mariés pour préparer leur cérémonie !

 

  • Bonjour Alexandra, pouvez-vous vous présenter ? Comment en êtes-vous venu à officier des mariages laïques ?

Officiant de mariage Alexandra MORINJe suis Alexandra, quadra plutôt dynamique, mariée, maman, passionnée des Beatles, de danse, de tartiflette, et officiante de cérémonie laïque depuis 2008.

Pour reprendre une philosophie d’un auteur qui m’est cher, Paolo Coehlo, je crois que c’était là ma légende personnelle. Depuis l’adolescence je désirais faire un métier en lien avec l’humain, dans une relation d’accompagnement, d’écoute. C’est ainsi qu’à l’heure des choix, je me suis dirigée vers des études de psychologie. Plus tard, en entrant dans la vie active, j’avais dévié de la voie qui m’appelait. Mais comme la vie est bien faite, elle m’a remis sur la bonne direction. Un jour, je me suis retrouvée à devoir faire une cérémonie laïque.

C’était en 2007, et ceux qui m’ont conduite à cela ne sont autres que mon meilleur ami et mon mari. Le premier se pacsait avec son compagnon, le second a suggéré l’idée d’une cérémonie et je fus désignée pour la diriger. Amusée par l’exercice, c’est le jour de la célébration que j’ai ressenti comme une évidence, le sentiment d’être à ma juste place. Il m’aura fallu une année supplémentaire avant que je ne me décide à réitérer, pour des inconnus cette fois. Et là encore, non seulement ce fut une réussite, mais j’ai de nouveau ressenti cette sensation d’accomplissement. Alors j’ai pensé que j’étais sur le bon chemin de ma légende personnelle. Aujourd’hui, huit années plus tard, je ne peux qu’en être convaincue.

 

  • Comment décrivez-vous le métier d’officiant ? Qu’est-ce qui caractérise votre style ?

Le métier de célébrant est plus complet qu’il n’y parait. A première vue, on pense qu’un célébrant est avant tout un bon animateur. Bien sûr il faut avoir une aisance à s’exprimer en public, savoir structurer une cérémonie afin de la rendre vivante. Je rajoute en prime, qu’il faut avoir des capacités rédactionnelles. A mon sens, c’est une base et je sais que certains célébrants ne vont pas plus loin que cela. Mais pour ma part, et puisque vous voulez savoir ce qui caractérise mon style, je vous dirais que cette première image est finalement très réductrice de ce rôle de célébrant.

Au-delà de l’animation, il faut avoir de réelles aptitudes relationnelles, non pas seulement être agréable et souriant, il faut savoir faire preuve d’empathie et être à l’écoute des couples que nous rencontrons, savoir accueillir leurs paroles lorsqu’ils évoquent leurs histoires. Je dis bien leurs histoires, car s’ils relatent leur histoire commune, je trouve pertinent de connaitre un peu leur parcours personnel, cela indique quel homme ou quelle femme se trouve face à nous. Comprenez bien qu’une personne de 25 ans n’est pas la même qu’une de 60 ans ; ni même une personne qui a connu la prison, les violences conjugales, le rejet de sa famille…

En plus de cette écoute sans jugement, il y a un aspect à la fois social et spirituel, relativement mis à l’écart par le public. Fréquemment j’entends que mes cérémonies « ne valent rien », car, me précise-t-on, « elles ne sont pas reconnues ». Reconnues auprès de qui, je demande ? D’abord on me répond « L’Etat » puis on poursuit en déclarant « ce n’est pas comme l’Eglise, qui elle est reconnue ». Encore une fois, on se demande auprès de qui est-ce véritablement reconnu, car pour rappel l’Etat et l’Eglise sont séparés depuis le début du XXème siècle… autrement dit depuis plus de 111 ans ! Et bien qu’aucun convive n’ait connu cette époque, elle reste pour autant la référence.

La force des traditions et la transmission de génération en génération sont telles, que dans l’inconscient collectif, seules les cérémonies religieuses officialisent le mariage dans la société.
Je rappelle qu’en France, le seul mariage « qui vaut quelque chose » reste le mariage civil. Et pourtant, combien de couples déclarent-ils se sentir véritablement mariés après la cérémonie religieuse, reléguant la cérémonie civile au simple passage obligatoire et administratif ?

Pour les couples, une cérémonie est très souvent nécessaire, elle correspond à un besoin de marquer une étape importante de changement de statut dans leurs vies. Je voudrais ramener à l’esprit ou réveiller notre mémoire cellulaire, que les premières cérémonies qui ont existé dans le monde n’étaient pas religieuses, et pour cause, les religions telles que nous les connaissons n’existaient pas !
Alors oui, les premières cérémonies au monde étaient…laïques ! Et ceux qui les menaient avaient la responsabilité de faire changer de statut social les individus, avec toutes les conséquences que cela implique, quitter le foyer parental, accéder à la procréation, être considéré comme un adulte, etc…. Nous célébrons un rite de passage que les Hommes ont inauguré il y a de cela des milliers d’années, qui est toujours d’actualité, qui est reconnu par tous et que l’on retrouve dans toutes les cultures de la planète, aussi différentes soient-elles. Les cérémonies dites laïques ne sont-elles pas en fin de compte, un retour aux sources ?

Estimez-vous que puisque nos cérémonies sont non religieuses, elles ne valent rien ? Pensez-vous toujours qu’un célébrant n’est qu’un simple animateur ? Pour ma part, il est évident que tel n’est pas le cas.

Et puisque vous me demandez ce qui caractérise mon style, je pense que vous aurez perçu que mon style est avant tout profondément humain. Plus les années passent plus je comprends combien être célébrant c’est accompagner les gens dans une transition de leur existence. Que cela soit un mariage, un baptême ou des obsèques, nous sommes aux côtés de ceux qui expérimentent ce changement dans leur vie et tentons de les aider pour que ce passage se fasse au mieux. Depuis huit années, je peux vous dire que j’ai beaucoup changé. Être célébrante m’amène à plus d’humilité et de respect envers la Vie et envers mes congénères. Chaque année, j’en apprends sur la Vie, l’Amour, l’humanité, ce métier, si on l’appréhende pleinement et avec conviction ne peut qu’accroître notre tolérance, notre ouverture vers les autres, bousculer nos a priori et nous enseigner que chaque cérémonie est une véritable rencontre.

Officiant Alexandra MORIN

 

  • Quelles sont les grandes tendances pour les cérémonies de 2017 ?

Pour ma part, je trouve que les années passant, les mariages se ressemblent. Bien entendu, il y a les mouvances liées à la mode, mais cela est davantage lié à la décoration.

Concernant les cérémonies, je constate que les attentes des mariés sont toujours les mêmes, pouvoir partager un instant émouvant avec leurs proches, célébrer leur amour, qu’il soit reconnu aux yeux de tous, que leurs invités passent un bon moment, qu’ils en retiennent de bons et beaux souvenirs.

 

  • Quelles relations avez-vous avec l’entourage des mariés ?

Je reste à l’écoute et disponible pour les proches des mariés, lorsqu’ils souhaitent intervenir au cours de la cérémonie ou s’ils veulent avoir des éclaircissements. Parfois, certains me contactent pour comprendre un peu le fonctionnement ou le sens d’une cérémonie laïque. Je ne suis pas contre ce genre de discussion, même quand parfois certains proches semblent rejeter le fait que la cérémonie ne soit pas religieuse.

Toutefois, les mariés restent pour moi les acteurs principaux de la cérémonie et si je suis disponible pour les proches, je ne prends pas les devants en contactant chacun, cela serait bien trop chronophage si on considère l’ensemble des cérémonies d’une année.

 

  • Pouvez-vous nous décrire la cérémonie qui vous a le plus émue ?

Il est bien difficile de répondre à une telle question. Il n’y a pas une cérémonie qui se détache, mais des instants de certaines cérémonies, des mots de parents ou d’amis qui me restent en mémoire, l’histoire de certains couples.

Des vœux qui parfois sont vraiment très émouvants, comme Romain qui disait à son épouse qu’après moults tergiversations intellectuelles pour rédiger ses vœux avait réalisé qu’il l’aimait pour tous les instants banals de la vie qu’ils partagent ensemble, ou encore Frédéric disant à son mari que durant des années il pleurait le soir dans son lit, s’estimant différent et croyant que l’Amour l’avait laissé pour compte, que personne ne l’attendait et combien la lumière était réapparue dans sa vie lorsqu’il a trouvé Nicolas.

C’est de voir le sourire de Margaret épouser Alain, en seconde noces, après avoir été victime de violences conjugales avec son premier mari, de voir Mathieu un amateur de foot, gros dur, ne pas réussir à avancer au bras de sa mère, tellement il pleurait, tenu par l’émotion, d’écouter la grand-mère de Grégoire qui tenait tout juste debout dire à une assistance attentive et émue que l’amour jusqu’à la fin de nos jours existe, fêtant elle-même ses 69 ans de mariage !

Je ne peux pas dire qu’une cérémonie m’ait plus émue qu’une autre, mais je peux dire que tous ces instants de vie restent gravés en moi, et encore, là ce ne sont que quelques exemples, mais quel beau présent reçu que ces cérémonies.

Officiant laique Alexandra MORIN

 

  • Quels conseils donneriez-vous aux futurs-mariés pour bien préparer et réussir leur cérémonie ?

Soyez curieux

On dit que la curiosité est un vilain défaut, certes, mais je vous encourage à être curieux en contactant plusieurs célébrants. Ce métier n’étant soumis à aucune formation ou réglementation, n’importe qui peut s’improviser célébrant. Aussi, assurez-vous de l’expérience, du savoir-faire de la personne que vous contactez et de la structure juridique dans laquelle elle évolue.

Demandez quelles sont ses motivations, posez-lui de nombreuses questions. Vous pourrez éliminer ceux dont la seule motivation reste l’argent et dans le secteur du mariage, l’argent est une donnée importante.

Vous pouvez aussi aller voir sur les forums, ça peut confirmer votre première impression, visiter son site internet, sa page facebook, vous verrez ce qui se dégage du célébrant.

Mais le plus important reste de travailler avec celui ou celle avec lequel vous aurez le feeling.

Soyez actifs

Que vous ayez décidé de prendre un célébrant pour votre cérémonie ou non, il est essentiel que vous soyez actifs durant la préparation de celle-ci. Même si vous estimez que prendre un tiers vous dédouane de tout travail, il y a un cheminement à faire de votre part pour construire la cérémonie afin qu’elle soit fidèle à votre image. Pour s’assurer au maximum de cela, votre investissement est incontournable. Vous aurez à choisir les textes, les intervenants, les rituels, les musiques. Il faudra aussi que vous puissiez prendre le temps de rédiger vos vœux. Cet engagement me semble nécessaire, car plus que quiconque c’est un épisode de votre vie qui se joue, et non des moindres ! Pour autant, vous n’avez pas à tout créer, d’une part le célébrant est à vos côtés pour vous guider dans ces choix, d’autre part, c’est à lui de composer ensuite avec vos souhaits.

Soyez créatifs

Soyez un minimum créatifs dans le décor de votre cérémonie, car il a toute son importance. Celui-ci posera le cadre de l’instant que vous vous apprêtez à vivre et à faire vivre à vos proches. J’entends déjà certains penser qu’ayant réservé un beau domaine avec un extérieur à la hauteur, peu de déco sera nécessaire. Je vous l’accorde. Mais tous les couples n’ont pas les moyens de s’offrir un tel endroit pour leur mariage. Cela implique-t-il que c’est tant pis pour ceux qui n’avaient qu’un budget pour une salle des fêtes ? Non ! On peut toujours enjoliver un lieu et cela compte dans la réussite de votre cérémonie. Alors, agrémentez de manière à sublimer l’endroit où vous êtes et dès leur arrivée, vos invités seront plongés dans un univers qui apportera du sens à ce que vous allez vivre. Attention cependant à ne pas tomber dans le travers inverse en alourdissant le décor initial…là encore, reposez-vous sur votre célébrant et son expérience pour ce faire, à moins bien entendu de faire appel à un décorateur professionnel.
Et si vous êtes en panne d’idée, allez fouiller le web, vous trouverez plein d’idée déco !

Soyez authentiques

Toujours dans le but que la cérémonie soit raccord avec vous, il est primordial que vous soyez vous-mêmes dans vos rapports avec votre célébrant. Au cours des années écoulées, j’ai rencontré des motards tatoués, des retraités, des grands timides.

Une cérémonie ne s’envisage pas de la même manière en fonction de vos personnalités, de votre vécu. Soyez authentiques, vous gagnerez en qualité et en pertinence sur votre cérémonie.

Soyez présents

Le jour J, soyez présents ! Oubliez l’organisation de la journée, zappez les allers et venues des serveurs qui préparent le vin d’honneur, le DJ qui finalise son installation et vivez pleinement l’instant présent. Parce qu’il est de courte durée, qu’il sera unique, et que durant ce temps de cérémonie se joueront beaucoup de belles choses, qu’elles soient symboliques, comme le père qui donne sa fille à son gendre, l’échange des alliances concrétisant l’union ; ou qu’elles soient factuelles comme le discours de vos proches, les rituels et leurs jolis messages, etc. Si vous êtes réceptifs à ce que vous vivez, vous ressentirez davantage l’émotion et vous la distillerez sans compter à vos proches.

Alexandra Morin

 

Plus d’informations sur Alexandra MORIN
– Sur le site : ceremonie-laique.fr
– Son site internet : uniondifferente.1s.fr

Vous aimerez aussi :