Voici Emilie Goulier, une célébrante de cérémonies laïques à Paris et dans la région parisienne, qui officie pour l’agence “Pour une Cérémonie” ! A travers son interview, vous découvrirez son univers, son histoire et sa vision du métier de maître de cérémonie laïque de mariage… Et en bonus, profitez de quelques conseils avisés en vue de vos préparatifs !

 

  • Bonjour Emilie, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour ! Alors je m’appelle Emilie Goulier, j’ai trente et un an et je suis officiante de cérémonie laïque. C’est mon métier à part entière : j’accompagne les futurs mariés ou pacsés dans la création et la célébration de cette étape importante dans leur vie.

Je suis une Bourguignonne qui vit à Paris et qui est restée amoureuse de Lyon, ville où j’ai terminé mes études. J’aime rencontrer de nouvelles personnes (on ne fait jamais son métier par hasard !), lire, voir des concerts, faire des blagues avec mes amis, refaire le monde autour d’un bon repas, aller au théâtre et voyager au bout de ma rue comme au bout du monde.

Célébrer des cérémonies laïques, c’est un peu ma troisième vie car j’ai d’abord été étudiante en philosophie à l’ENS Lyon, je travaillais sur le lien entre le politique et le religieux, la manière dont ces deux entités structurent et organisent une communauté. À défaut d’obtenir les concours me permettant d’enseigner, j’ai tenté ma chance dans le web. D’abord en éditorial puis en tant que chef de projet dédiée au service client e-commerce d’un grand magasin. Et un jour, je suis devenue officiante de cérémonie ! Un parcours pas si atypique à mes yeux car chaque nouvelle étape est enrichie par les précédentes.

Emilie Goulier - Officiant laique - Cérémonie de mariage

 

  • Comment en êtes-vous venue à devenir officiante ?

Je suis devenue officiante grâce à la jolie demande d’un couple d’amis qui m’ont proposé de célébrer leur cérémonie de mariage. Ils avaient pensé à moi parce que je suis à l’aise en public (merci les années de théâtre) et parce que j’étais assez rigoureuse et diplomate pour cadrer et canaliser les envies de chacun (merci les années de philo et l’ancien boulot de chef de projet !).

Je ne connaissais pas du tout le principe de la cérémonie laïque, je me suis donc beaucoup renseignée sur le sujet et j’ai adoré tout ce travail de préparation : les échanges avec les mariés, les discussions avec leurs proches amenés à faire un discours ou une lecture, les réflexions sur l’organisation et l’enchainement de la cérémonie.
L’idée d’en faire mon métier a commencé à faire son chemin mais j’ai préféré ne pas en parler avant d’avoir célébré la cérémonie et reçu les avis des mariés et de leurs invités. Ma grande victoire a été de voir mes amis ravis, mais aussi de recevoir des compliments de la part des copains trentenaires aussi bien que des grands-parents. C’est ce que je voulais : une cérémonie où chacun se retrouve.

Moi qui cherchais une idée pour monter mon entreprise, je me suis parfaitement trouvée dans ce métier et ses missions. Six mois après ce premier mariage, j’ai quitté mon ancien travail et créé “Pour une cérémonie“. Je leur dis souvent, mais je ne remercierai jamais assez mes amis pour m’avoir permis de trouver le métier qui me correspond si bien !

 

  • Selon vous, la cérémonie laïque est-elle une mode ou une tendance de fond ?

C’est une très bonne question à laquelle je réfléchis souvent. Je ne sais pas si on peut parler de mode, mais la cérémonie laïque correspond à plusieurs tendances contemporaines. Il y a certes de plus en plus de couples qui ne veulent pas ou qui ne peuvent pas se marier religieusement.
Je pense aux couples athées, aux couples bi-religieux qui ne veulent pas choisir, aux couples homosexuels qui ne sont pas reconnus comme tels par les religions, mais aussi aux personnes qui ont déjà été mariées. Toutes ces nouvelles formes de couples aspirent au mariage et à la reconnaissance de leur union, sans la dimension religieuse mais pas sans sacré. Ils vont alors le chercher ailleurs.

Je pense que la cérémonie laïque permet de répondre à cette quête de sens et de sacré. Elle permet également la création d’un moment parfaitement à l’image de ce qu’est le couple, des valeurs qui l’unissent, des proches qui les entourent. Et là, il n’est plus seulement question de religion, mais d’une autre tendance contemporaine où l’on cherche à partager qui on est et ce qui nous compose. Dans une étape importante comme le mariage, il tient au cœur de beaucoup de couples de dire : voilà ce que nous sommes, voilà ce qui nous fonde et c’est pour cela qu’on s’engage l’un envers l’autre par le mariage.

Est-ce que cette démarche perdurera, je pense. En tout cas dans les 10 ans à venir. Ensuite on verra, l’histoire est faite de perpétuels changements et renouvellements !

Emilie Goulier - officiant de cérémonie laique de mariage

 

  • Quelle différence faites-vous entre un “bon” et un “mauvais” officiant ?

Vaste question ! Non pour être sérieuse, le bon officiant c’est d’abord celui ou celle qui est une évidence pour les mariés. C’est la personne avec laquelle, ils se sentiront en confiance, celle à qui ils pourront se confier sans filtre. Si les mariés ont le moindre doute, il faut qu’ils rencontrent d’autres personnes. Il y a quelque chose de l’ordre du coup de cœur dans le choix de son officiant.e.

Évidemment, au-delà du feeling, il y a des qualités qui me semblent indispensables à ce métier. Il faut avoir de l’empathie, être capable d’écouter et d’entendre, mais aussi de saisir ce qui n’est pas dit. Une bonne dose de diplomatie est également importante car il faut parfois canaliser des envies ou convaincre des proches réticents.

Il faut, en outre, de la rigueur car il y a un délai à tenir, des personnes à guider et de nombreux détails à ne pas oublier. Une jolie plume et une bonne aisance en public sont aussi et bien sûr essentiels.

De plus, il faut avoir la conviction profonde que les stars ce sont les mariés. La mission de l’officiant.e, c’est de sublimer ce couple et leur histoire pas de se mettre en scène.

Emilie Goulier - officiant de mariage

 

  • Pouvez-vous nous décrire la cérémonie qui vous a le plus émue ?

C’est compliqué de répondre à cette question car je suis une vraie émotive : j’ai toujours les larmes aux yeux lors de l’entrée des mariés par exemple. Et cette émotion me porte ensuite pendant la cérémonie ; c’est comme un shoot d’émotion pour en imprimer ensuite le déroulé de la cérémonie.

De manière générale ce qui m’émeut, ce sont les moments où les carapaces se craquellent : quand les joyeux lurons ont la voix qui tremble ou quand les papas ont les yeux qui brillent. Il y a des silences qui en disent longs, des moments où l’émotion est tellement intense qu’on ne trouve pas les mots. Ce sont ces silences aussi qui me touchent.

Toutes les cérémonies que je célèbre m’émeuvent. Pour être honnête, même celles que je ne célèbre pas me touchent car on y instille tant de la vie des mariés, de leurs valeurs, de leur histoire que je vis ces moments par procuration. Il y a quinze jours, j’ai reçu la vidéo du mariage de S&E, super couple que j’ai accompagnés dans la création de leur cérémonie (ce sont ensuite deux amis à eux qui ont joué les officiants). En voyant la joie sur leurs visages et en sachant à quel point leurs officiants s’étaient investis dans la préparation de la cérémonie, je ne pouvais qu’être émue. Et j’avoue, j’ai versé ma petite larme !

En fait, c’est ça. Je pense que les cérémonies qui m’émeuvent le plus sont celles où je sens une envie folle de la part des mariés mais aussi de la part de leurs proches. Et c’est dans la préparation que je suis aussi très émue. Quand je vois les montagnes soulevées par les proches pour construire la plus belle des cérémonies, je suis toujours impressionnée. C’est un des amis-officiants qui fait un aller-retour Bordeaux-Paris juste pour un rendez-vous cérémonie, ce sont les témoins vivant aux quatre coins du monde qui écrivent un discours commun, c’est une maman qui prépare une chanson en secret. Je suis émue par les preuves d’amour, et dans une cérémonie laïque, il n’y a pas que les mariés qui s’en donnent.

Emilie Goulier - célébrant de cérémonie de mariage

 

  • Pourquoi solliciter un officiant professionnel plutôt qu’un membre de la famille pour célébrer une cérémonie laïque ?

Je ne serais pas si catégorique car il y a des très belles cérémonies orchestrées par les proches. Et en plus, on peut très bien faire appel à un officiant professionnel pour accompagner le proche à qui on confie la célébration de sa cérémonie.

Que ce soit pour accompagner l’officiant choisi parmi les proches ou pour célébrer la cérémonie de A à Z, l’avantage de faire appel à un professionnel est de s’appuyer sur quelqu’un qui sait faire et dont c’est le métier. Un officiant professionnel saura proposer des idées si les mariés hésitent, il ou elle saura aussi faire du sur mesure et sera riche de toutes les cérémonies déjà célébrées. Il osera aussi poser des questions anodines ou naïves car il ne connait pas les mariés. Et ça peut être un plus dans le sens où on cherche toujours à tout découvrir, à creuser des options alors que parfois les proches peuvent un peu s’auto censurer au prétexte que le marié ou la mariée ne voudra jamais. Pourtant une mariée très féministe peut quand même avoir envie de faire son entrée au bras de son père et un marié très timide vouloir prononcer ses vœux en chanson. On ne sait jamais, un officiant professionnel ne se limite donc pas dans ses questions et dans ce qu’il propose.

Un autre argument encourage de recourir à un professionnel : le temps. Préparer une cérémonie laïque, ça prend une cinquantaine d’heures entre les rendez-vous, les moments d’écriture et de réflexion et les échanges avec les personnes amenées à prendre la parole. Et le temps, on en manque cruellement. C’est donc une grosse charge à confier aux proches quand on leur demande de célébrer une cérémonie laïque.

Après rien n’empêche de mixer les amis et l’officiant professionnel. J’accompagne beaucoup de couples qui ont confié la célébration à leurs proches mais qui ont besoin d’un coach pour les guider et les rassurer. Ils ont alors les avantages de la professionnelle et des amis-officiants !

Emilie Goulier - officiant de cérémonie de mariage

  • Quels conseils donneriez-vous aux futurs-mariés qui envisagent de vivre une cérémonie laïque ?

Il y en a plein mais je vais citer les principaux !
– Posez toutes les questions que vous voulez à votre officiant et n’hésitez pas à lui parler du mariage en général : l’ambiance, la déco, le nombre d’invités, etc.
– Si vous le pouvez, offrez-vous le luxe de prendre votre temps dans la préparation de la cérémonie. En vous y prenant entre six mois et un an avant le mariage, vous aurez tout le temps pour échanger, réfléchir, changer d’avis et construire votre cérémonie sur mesure avec votre officiant.e.
– Rencontrez plusieurs personnes si vous n’avez pas de coup de cœur pour quelqu’un.
– Osez évoquer toutes vos envies, même celles qui ne vous semblent pas réalisables : elles guideront votre officiant pour vous les faire toucher du doigt !
– Osez dire non. Osez dire que l’option qu’on vous propose ne vous correspond pas, ou ne vous plaît plus. C’est votre mariage, votre cérémonie, donc c’est vous qui décidez !

Et dernier conseil : profitez-en ! Vous allez vivre un moment très fort en émotions et vous engager symboliquement avec la personne que vous aimez devant tous ceux qui comptent pour vous. Vous allez recevoir des mots d’amour et tant d’autres jolies choses. Donc pendant la cérémonie, vivez l’instant ! Ne pensez pas à l’heure du vin d’honneur qui s’approche ou au fait que vous allez bafouiller en prononçant vos vœux, non. Profitez pleinement de votre cérémonie !

 

Plus d’informations sur Emilie GOULIER
– Sur le site : ceremonie-laique.fr
– Son site internet : celebrerlavie.com

 

Crédits photos : 

– Photo d’en-tête : © G l’image – facebook.com/g.limage.photo
– Photo 1, 2 et 5 : © Frédéric Beard – fredericbeard.be

– Photo 3 : ©Éternity love – eternitylove.fr
– Photo 4 : © Ernestine et sa famille – ernestineetsafamille.com

Vous aimerez aussi :