Nous allons faire un passage en Saône-et-Loire pour nous entretenir avec Emmanuelle Florquin, officiante de cérémonies multilingue ! Son parcours de vie dédié au théâtre l’a menée jusqu’au métier d’officiant, qu’elle pratique avec passion sur toute la région bourguignonne. Rencontre…

  • Bonjour Emmanuelle, pouvez-vous vous présenter ?

Le théâtre m’a toujours plus. Très jeune, j’ai pu intégrer la troupe de théâtre amateur de la BnF pour laquelle j’ai aussi écrit aussi bien des spectacles pour enfants que pour les Resto du Cœur. J’ai appris mon métier auprès de Françoise Kanel (Conservatoire Paris) et de Jacqueline Duc. De formation classique à la Sorbonne Nouvelle (licence d’études théâtrales), c’est naturellement que je suis devenue comédienne professionnelle ; aussi bien pour de grosses troupes de théâtre de rue que pour de petites compagnies où j’ai eu la chance de pouvoir créer sur scène mes textes.

Mon premier roman, “Le Tango de la Valseuse” (Chemin Vert), est une histoire d’amour sur et dans le monde du théâtre amateur.

Je suis mariée, vis en Bourgogne du Sud depuis 2007, dans la belle région du clunisois.

Emmanuelle Florquin - Officiant de mariage

  • Quel a été l’élément déclencheur pour devenir officiant ?

J’ai toujours aimé savoir de quelle manière les amoureux se rencontrent ! Et j’ai su qu’il existait ce métier pour raconter cette rencontre ; puis la demande en mariage ; les obstacles, les valeurs, sans oublier les proches qu’il faut intégrer de manière harmonieuse.

J’avais aussi envie de mettre mon écriture au service de cet événement festif qu’est le mariage. C’est très concret une cérémonie, une course contre la montre aussi ! Cela pourrait ressembler à du théâtre sauf que l’officiant ne joue pas de rôle, hormis celui de mettre en avant un couple.

Célébrant cérémonie mariage Emmanuelle Florquin

 

  • Quels sont les plus grands moments de bonheur procurés par votre métier ?

C’est un vrai privilège que de faire ce métier. Il comporte tant de facettes ! La découverte d’un couple, la relation qui s’installe au fil des questionnaires, des précisions sur un événement de leur amour, c’est une confiance qui s’installe entre le couple et moi-même…

Cette confiance que ces amoureux vous donnent, en livrant beaucoup d’éléments appartenant à leur intimité d’amoureux, nécessaire pour écrire une bonne histoire. De même pour la famille et les témoins.

Mais le plus grand moment de bonheur est le Jour J, quand toute cette mécanique se met en marche, et que les émotions sont partagées.

Cérémonie laique mariage Emmanuelle Florquin

  • Pouvez-vous donner 3 conseils aux futurs mariés pour bien réussir leur cérémonie laïque ?

D’abord en avoir envie, y avoir songé, en rêver. Se projeter vers ce moment. En parler à son amoureux. Laisser de côté le quotidien. Et puis penser à ses proches, ses amis et familles. Toute cette préparation rêvée débouche sur un état de présence ou de concentration. Ce qui suit alors c’est ce qu’on va se dire ce jour-là, ce qu’on va s’entendre dire. C’est très rare de se dire des choses dans la vie, par timidité ou avec l’éloignement des uns et des autres, on n’a pas d’occasion de se dire des choses importantes. Une écoute, un échange, un moment solennel avec de l’humour ou de la légèreté.

Le deuxième conseil, c’est choisir vers où la cérémonie ira. Les témoins, que vont-ils dire ? Et pourquoi ? Et les amis ? Il faut les préparer à ce moment. La ritualisation de ce moment commence bien en amont du jour J. J’aurais d’abord tendance à privilégier les textes écrits de la part des proches, mais certains seront très heureux de dire un poème ou une chanson …
Pro-Fi-Ter ! Ça passe très vite une cérémonie. Il faut savourer chaque instant, le présent en somme. En ce sens une cérémonie est aussi une célébration de l’instant qui se vit ; c’est une belle allégorie de la vie.

Cérémonie de mariage Bourgogne Emmanuelle Florquin

  • Comment envisagez-vous l’évolution des cérémonies laïques dans l’avenir ?

L’évolution des cérémonies laïques dans l’avenir est claire : de plus en plus de gens ne se satisfont plus d’un mariage à la Mairie ou à l’église. Ils ont envie de partager avec leurs familles et amis ce moment délicieux qui est leur moment à eux ! Les mariages strictement religieux ne représentent que 10% des unions, et les couples veulent s’exprimer davantage.

Je pense que la cérémonie laïque comble vraiment ce besoin aussi bien pour les couples homosexuels que divorcés et reconstitués ou inter-confessionnaux. Sans oublier les cérémonies de renouvellement de vœux qu’on peut voir comme une affirmation de continuer une belle route à deux. Cela ne peut que prendre plus d’ampleur dans l’avenir.

Plus d’informations sur Emmanuelle
– Sa fiche sur : ceremonie-laique.fr
– Son site internet : celebrantissimo.com

Vous aimerez aussi :