Durée de lecture : 8 min

DISCOURS DES PROCHES : Attention aux 10 faux-pas !
Lorsque vient l’heure de choisir un officiant de cérémonie, il peut être tentant de penser que l’un de vos proches pourrait tenir ce rôle…
Toutefois, pour savoir s’ils sont effectivement en mesure de vous écrire une cérémonie laïque d’1heure environ, capables de capter l’attention et de partager des émotions, il est bon de se méfier des « faux-pas » qu’ils sont capables d’écrire, même lors de courts discours personnels de quelques minutes…

Voici les 10 fautes de goûts qui, malheureusement, arrivent régulièrement… Et sont à proscrire pour un résultat Beau et Bienveillant !

  1. L’historique troop loooong…

    Exemple : Une maman veut faire un discours émouvant… et remonte loin, très loin dans ses souvenirs d’enfance ! Lorsqu’un discours commence par une phrase type : « Il était une fois… lorsque j’attendais un bébé : toi… », tout le monde comprend très vite que ça va être interminable ! Et la moitié de l’assistance risque d’en profiter pour aller faire un tour sur les réseaux sociaux… Dommage…

    Mon conseil : Pensez toujours que vos anecdotes doivent apporter quelque chose à la cérémonie pour intéresser les invités et que la longueur n’ajoute rien à l’intérêt du sujet.
    Ce qui peut intéresser les invités c’est de savoir comment les mariés étaient individuellement, pour en arriver à se trouver, qu’est ce qui les a liés… On peut effectivement trouver ces réponses dans des souvenirs d’enfance mais il faut bien les choisir, bien les amener, bien les doser…
    Les invités connaissent aussi les mariés et n’ont pas besoin d’entendre leur curriculum vitae en entier le jour J…

  2. Les insultes (sans vouloir être méchant) à base de petites phrases (légèrement piquante)

    Exemple : Une sœurette un peu jalouse qui ose des propos du style : « Mon beauf t’es trop con mais elle t’a choisi alors soyez heureux… » Oups…ça pique…

    Mon conseil : Bien que les mots d’amour de cet ordre puissent être monnaie-courante entre vous, le jour du mariage, rappelez-vous que le second degré risque de ne pas être entendu ainsi. Il est préférable d’éviter de choquer et de s’en tenir à plus de courtoisie…

  3. Les jeux de mots plus que douteux

    Exemple : Un ami garagiste qui évoque des souvenirs de mécanique et tout d’un coup dans son discours se demande : « comment le marié a pu démonter la mariée » Sous-entendu comment a –t-il réussi à séduire une fille aussi jolie…
    Aïe Aïe Aïe !!!
    Faut-il rappeler que certains jeux de mots sont inappropriés lors d’une cérémonie de mariage… ?!

    Mon conseil : Demandez-vous toujours si vos propos vont faire rire non pas votre ami (là en l’occurrence le marié) mais son conjoint et la famille de celui-ci… ?! En cas de doute : abstenez-vous !

  4. Les anecdotes règlement de compte

    Exemple d’une témoin indélicate : « Tu m’as dit que tu ne prenais pas X (dans l’assistance) comme témoin car elle était trop jolie puis tu m’as demandé d’être ta témoin alors je ne sais pas comment je dois le prendre… »
    Je vous laisse deviner le nombre de femmes que ce genre de phrases peut mettre mal à l’aise… Au secours !

    Mon conseil : Pour ce genre de détails croustillants, il faut vraiment avoir le Ton Juste pour que cela passe pour de la plaisanterie pure… Suivie dans l’idéal d’une phrase pour rattraper le coup afin de ne pas laisser penser que le seul but était de blesser et créer des conflits…

  5. Les allusions aux Ex

    Il est vrai que pour des amis, les souvenirs de jeunesse tournent souvent autour de longues discussions sur toutes les mauvaises rencontres faites avant de trouver enfin sa moitié… et ça, certains amis, filles comme garçons, adorent évoquer : « ce temps où ils vous consolaient de vos nombreux chagrins d’amour »

    Sauf que ce jour là, il va falloir vraiment faire preuve de tact pour évoquer tout ça… sans froisser… Ces allusions peuvent même être encore plus douloureuses en cas de remariage quand par exemple, un témoin raconte cet enterrement de vie de garçon où vous aviez caché une petite culotte de la mariée selon la tradition (…sauf qu’il cite l’ancienne mariée !)

    Ouille Ouille Ouille !!!

    Mon conseil : Gardez toujours à l’esprit que le jour du mariage, seul 2 êtres comptent comme si tout le reste n’avait jamais existé, comme si tout était différent et même si vos amis (les mariés) ont de l’humour et ne sont pas des gens jaloux. Ce jour là, ces allusions ne feront pas sourire !

    Mieux vaut une petite phrase type « tu l’as beaucoup attendu, votre rencontre était inespérée – qui sous-entendent bien que la personne en question a dû passer par des phases moins drôles de recherches et passer par des échecs…mais on évite de le dire ainsi »

    Idem pour la garçonnière, on peut éventuellement citer le mot «garçonnière» les gens imagineront aisément ce que cela représente mais on évite de surenchérir avec des détails précis sur ce qu’il s’y passait…ce jour là seul le marié et la mariée existent et comptent !

  6. Les messages redondants

    Dans le genre « trop d’amour tue l’amour… »
    Exemple lorsque 5 enfants veulent prononcer un discours : et écrivent 5 paragraphes (même courts) qui répètent en boucle : « eh bien moi aussi je vous aime très fort et je suis très heureux pour vous alors félicitations et soyez heureux… »
    1 fois c’est beau, 2 fois ça passe, 3 fois on a compris… 5 fois ça casse !

    Mon conseil : Prévoyez un discours commun : chacun une phrase et on avance, on enchaîne… mais on évite les répétitions.

  7. Le discours improvisé

    Attention au proche qui veut improviser et qui se lève pour 1 phrase… du style : «Je n’ai rien prévu mais je tenais à dire que je suis fier de vous et que je vous félicite »
    Oui juste comme les 130 invités, qui, heureusement, ne vont pas tous se lever pendant la cérémonie pour ça….
    Ce genre de discours est vraiment risqué car dans le meilleur des cas (90 %) : le proche en question s’en tiendra aux 2 phrases citées ci-dessus… Mais dans le pire des cas : n’oubliez pas que le négatif à tendance à arriver en priorité !
    Ce proche trop ému, trop pris de cours, trop désinvolte… risque donc de dire un discours type : « et bien je peux dire que t’as galéré…(cf. : faux pas n°5 les allusions aux ex)…/… il faut dire qu’avec ton caractère (cf faux-pas n°2 les insultes)…/… mais bon je me demande comment t’as fait pour enfin trouver la bonne (cf faux-pas n°3 les jeux de mots douteux)…/… mais enfin puisque je suis témoin je le dis… (faux pas n°4 les règlements de compte) !

    Là, c’est le combo !

    Mon conseil : Dans l’idéal, bannissez les improvisations pendant la cérémonie (quitte à les autoriser pendant la soirée)…
    Le travail d’un officiant est de préparer un discours fluide, harmonieux et de distiller les interventions des proches en ce sens pour que tout s’enchaîne bien.
    Un discours improvisé peut être hors-sujet…dégrader le rythme de la cérémonie…
    Il est préférable que les invités prennent le temps de se poser sur ce qu’ils ont vraiment envie de vous adresser comme message et qu’ils s’investissent dans leur propos.
    La cérémonie n’est à mon sens pas le lieu pour montrer ses talents d’improvisateurs (souvent largement surévalués). Le fait qu’un proche s’accapare ainsi l’attention n’apportera pas de la spontanéité et de la légèreté à la cérémonie car loin de détendre, ce type de parenthèses peut au contraire alourdir le moment.
    Et si vraiment improvisation il y a : L’officiant peut en jouer en taquinant cette personne dans le but de contrôler l’improvisation, en l’amenant à répondre à ces propos, puis à diriger ainsi l’improvisation sur une note d’humour, du positif et une porte de sortie !

  8. Les citations interminables

    Pour enrichir le discours, souvent certains papas adorent les citations. Mais comme ils ne savent pas vraiment lesquelles choisir ni comment les lier entre elles, ils les enchaînent, et vous en ferez ce que vous voulez… Mais des fois il y en a vraiment beaucoup…beaucoup trop !
    Zzzzzzz c’est long…

    Mon conseil : Limitez les discours à 1 page recto/verso maximum, ainsi que le nombre de citations. Il est aussi possible de donner un thème à vos proches afin qu’ils choisissent des citations sur un thème seul.

  9. Le trop plein d’émotions

    Parfois, il vaut mieux éviter l’intervention de l’ami trop ému qui n’arrive pas à dire ses phrases, et est en pleurs du début à la fin, que de lui imposer ce moment de solitude… où, accroché à son micro, il n’arrive pas à démarrer son discours et où, finalement, devant le temps qui s’écoule tout le monde préférerait qu’il aille se rasseoir… Rip…

    Mon conseil : N’imposez-pas de discours à des personnes timides qui n’en auront pas la force… Et si vraiment vous avez décidé que c’est « discours pour tout les témoins obligatoirement… »

    Essayez de demander à un autre témoin d’aider celui en difficulté, peut-être en écrivant le texte à plusieurs, pour que la personne la plus à l’aise puisse lire au nom des autres si besoin…

  10. Le hors sujet

    Un peu dans le style de l’historique trop long !

    Évitez les détails de souvenirs hors sujet qui n’intéressent personne du style : « je me souviendrais toujours de cette journée de pêche, un mois de juillet 2015 à l’étang xxx, il était 6h à peine… »
    Car la journée de pêche, déjà à ce stade, on n’est pas sur que ça soit intéressant… Mais le mois, l’heure et le lieu : ça, c’est sûr, ça nous dépasse ! HiHiHi…

    Mon conseil : Soyez concis, allez à l’essentiel !

En ultime conseil, pour écrire un beau discours de cérémonie, je vous propose de vous demander simplement ce que vous aimeriez que vos amis racontent de vous.
Si vous étiez à leur place de mariés, et qu’ils racontent de votre conjoint !!
Demandez-vous simplement si votre humour entre vous est approprié, pour une cérémonie de mariage et la présence d’autres invités.

Au final pour un officiant « ami », lui donner la responsabilité de veiller sur les discours des proches me parait très compliqué et très risqué au risque de le mettre dans des situations délicates.
Il peut être compliqué par exemple de « recadrer » les parents des mariés (vous voyez pour certains comme ils peuvent s’immiscer dans les préparatifs…
Il est facile pour eux de renvoyer dans les cordes un officiant sous prétexte qu’ils connaissent leurs enfants et qu’ils savent mieux que quiconque ce qui est approprié en ce jour !)

Un officiant professionnel aura l’obligation de « s’imposer » : ce sera sa personnalité qui fera la différence, pour arriver à expliquer avec tact en quoi certains propos peuvent être inappropriés… Et amener les invités en douceur à revoir leurs copies…

Cette tâche n’est pas des plus agréables… Sans compter, qu’il est délicat aussi pour un officiant de juger, critiquer le discours de gens que vous aimez et en qui vous avez confiance.
Il lui faut mesurer votre seuil de tolérance, vos limites dans l’humour….
Enfin ne nous leurrons pas, il peut être aussi compliqué pour un officiant même professionnel de récupérer les discours des proches à l’avance : certains l’écrivant au dernier moment, ou, par pudeur, ne veulent pas le communiquer à un tiers, sans oublier ceux qui le modifient au dernier moment, et ajoutent ces fameux détails fâcheux de manière incontrôlable…

Bref votre officiant professionnel, fera son maximum mais n’arrêtera pas l’imprévisible !

En faisant le choix de donner la parole à vos proches, vous assumez aussi votre amitié et leur façon d’être.

Le manque de tact de vos amis que vous avez choisis, que vous pensez connaitre, et qui auront franchi vos limites, reste de leur responsabilité.

Alors doit-on se priver de discours de proches pour autant… ? Certainement pas ! La majorité des discours sont très beaux et touchants, et apportent beaucoup d’émotions et de joies aux mariés, et au mariage.

Le dialogue avec vos proches et votre officiant en toute transparence permettra de leur expliquer en quoi ces dérapages peuvent, loin de faire rire, blesser, et permettra de partir sur de bonnes bases pour la réussite de votre cérémonie.

Car au final, ce ne sont que 10 petit faux-pas à éviter sur les milliers de mots d’amour et de témoignages d’amitié qui ne demandent qu’à être exaltés !

L’auteur : Mélissa HUMBERT-FERRAND

Visitez sa page de présentation

Crédits photo

– Laura Rodrigues : www.laurarodrigues.fr
– Pierre Vincent : www.pierre-vincent.com
– Foxaep : www.foxaep.com