Durée de lecture : 3 min

C’est un article spécial, qui aborde une phase de la vie pour laquelle on se passerait bien, abordé par certains officiants de cérémonie laïque : le deuil, les obsèques. En effets, les personnes non-croyantes peuvent se passer de la traditionnelle cérémonie religieuse, et solliciter un célébrant professionnel pour célébrer un enterrement. Mais avec la situation pandémique liée au Coronavirus / Codiv-19 et le confinement, une sévère réglementation est imposée dans le cadre des obsèques. Il est ainsi difficile de suivre une sépulture qui permette de mener un deuil serein. Aussi, quelles sont les possibilités pour une cérémonie funéraire à posteriori ? Sacha EPP, officiant professionnel, fait le point et vous apporte des solutions pour mieux vivre ces moments difficiles, ne pas rajouter de souffrance supplémentaire.

Pour plus d’informations sur -> la cérémonie d’adieux
Pour visiter -> la fiche de Sacha EPP
Pour voir -> les officiants proposant des cérémonies d’adieu

Se recueillir ensemble une lors d’une cérémonie funéraire font partie des fondements de notre humanité commune et aident grandement au processus de deuil.

Mais les mesures de confinement dues à l’épidémie de coronavirus (cérémonies courtes; 20 personnes maximum du premier cercle familial, aucun contact physique) nous rendent difficiles voire impossibles ces étapes essentielles du processus de deuil.

Que la cérémonie initiale n’ait pas été satisfaisante ou qu’elle ait été impossible vous pouvez toujours faire une seconde cérémonie ou la reporter après le confinement.

Vers qui vous tourner ?

  • Si vous êtes croyants, appelez le représentant de votre culte.
  • Demandez à une agence de pompes funèbres si elle propose ce service.
  • Vous-même ou un proche peut présider la cérémonie. Vous pourriez avoir une cérémonie fidèle au défunt qui vous coûte peu.

Présider vous-même n’est cependant pas conseillé; soyez-y vigilant :

  • Dur de concilier ses émotions et de tenir le cadre de la cérémonie; sous l’émotion vous aurez du mal à présider; dans votre rôle de maître de cérémonie, vous pourriez d’être coupé de vos émotions et ne pas bénéficier de la cérémonie.
  • Pour ne pas vous retrouver dans une position inconfortable soyez sûr d’avoir la légitimité suffisante et la confiance des proches.

N’hésitez pas à vous faire conseiller, c’est un service que je propose.

  • Faites appel à un officiant de cérémonie laïque indépendant. Pour un prix similaire aux pompes funèbres, vous aurez un officiant qui à le temps de vous écouter, de prendre en compte la situation et vos besoins et dont c’est le cœur du de faire des cérémonies sur mesure.

Vous avez intérêt à appeler assez vite la personne que vous aurez choisie pour vous aider, même si ce n’est que pour vous informer dans un premier temps. Il y aura beaucoup de demandes à la sortie du confinement.

Choix de la date

Vous pouvez faire la cérémonie dès la fin du confinement ou à une date symbolique : un an après le décès, le jour de l’anniversaire du défunt, à la Toussaint,…

Le délai pour procéder à l’enterrement ou à la crémation est passé à 21 jours. Peut-être est-ce suffisant pour reporter la cérémonie après le confinement ?

Choix du lieu

Vous avez le choix entre : dans votre lieu de culte, dans une salle de funérarium ou de crématorium, en extérieur, chez le défunt ou chez vous, au cimetière. S’il n’y a plus de corps, cela simplifiera vos démarches.

Comment faire une cérémonie sans le corps ?

La présence du corps est normalement central dans la cérémonie funèbre. Il sera difficile de faire sans, mais c’est possible.

Si le défunt a été incinéré, alors la cérémonie pourra être l’occasion de disperser les cendres.

Vous pouvez faire la cérémonie devant la tombe au cimetière.

Vous pouvez symboliser le défunt avec des objets personnels, des photos…

C’est peu connu mais il est possible de conserver le corps dans un caveau provisoire nommé “dépositoire” jusqu’à 6 mois. Il faudra obligatoirement un cercueil hermétique. C’est les pompes funèbres ou les cimetières municipaux qu’il faut contacter. Il est possible qu’il y ait plus de demandes que de places dans les dépositoires.

Que faire tant que dure le confinement ?

Ne vous isolez pas. Demandez du soutien, offrez-en aux autres personnes endeuillés.

Un proche peut sembler peu affecté par le décès. Ce n’est pas anormal, il est dur d’intégrer la perte tant qu’elle est abstraite. Voir le corps du défunt et participer à la cérémonie aident justement à intégrer cette nouvelle réalité.
Créez votre propre rituel de deuil à la maison pour honorer le défunt et sa mémoire. Ecrire un texte, se recueillir devant une bougie, des photos… toutes les idées sont bonnes. Je vous conseille avant tout d’écouter votre inspiration.

Utilisez le temps que vous avez pour préparer une cérémonie belle et fidèle au défunt.

Ouvrez un espace participatif de recueillement en ligne soit avec le compte facebook du défunt ou avec un site spécialisé comme dansnoscoeurs.fr, inmemori.com. Cela permet d’échanger mots de soutien et souvenirs. Ils pourront être intégrés à la cérémonie.